Filière lait local : Un document pour mieux orienter le plaidoyer

Désormais, les producteurs de lait local du Burkina disposent d’un document écrit qui leur permet de présenter et défendre leur position en matière de défense des intérêts auprès des décideurs et de leurs membres.

 

 

  « Plaidoyer pour sauver le lait local au Burkina Faso ». C’est le titre du       document de produit par les techniciens de différentes structures telles que l’Union Nationale des Mini Laiteries et Producteurs de lait Local du Burkina (UMPL/B), OXFAM, le Réseau de Communication sur le Pastoralisme (RECOPA), l’Institut Africain pour le Développement Economique et Social (INADES Formation), Agriculteurs Français pour le Développement International (AFDI), le Ministère des Ressources Animales et Halieutiques (MRAH), l’Association pour la Promotion de l’Elevage au Sahel et en Savane (APESS). Ces structures étaient accompagnées de personnes ressources œuvrant dans le domaine du pastoralisme. C’était les 9 et 10 mai 2016, au cours d’un  atelier de réflexion et d’élaboration d’un document succinct sur les potentialités, les enjeux et les défis du secteur laitier au Burkina Faso. « L’objectif est de produire un document de base pour faciliter un plaidoyer efficace au cours de la 2ème édition des ‘’72h du lait local au Burkina Faso’’ qui se dérouleront les 30, 31 mai et 1er juin », a expliqué René Millogo, Coordonnateur de la Plate-forme d’Action à la Sécurisation des Ménages Pastoraux (PASMEP), initiateur de l’atelier. Ce document est écrit en français facile. Il présente l’évolution de la filière lait, ses potentialités, ses enjeux dans un contexte de levée des quotas de production de lait en Europe, d’application du Tarif Extérieur Commun (TEC) de la CEDEAO qui est de 5% sur le lait en poudre importé. Il présente également les défis de la filière lait pour les producteurs du Burkina Faso. Plusieurs recommandations sont adressées dans le document à l’endroit de l’Etat burkinabè de respecter les accords et engagements de Maputo, de diminuer les taxes douanières sur les équipements de transformation, de conservation et de commercialisation du lait, de prendre des mesures de protections du marché local, de développer les marchés institutionnels, en attribuant aux producteurs de lait local les marchés de l’Etat en matière de fournitures de lait local destinés aux cantines scolaires, aux forces armées, aux restaurants universitaires, aux écoles de formation, aux centres de récupération nutritionnelle…   

Mme VALEA /DIALLO Fatimata

Chargée de Suivi Evaluation et Développement Organisationnel

PASMEP