Campagne de Carême 2017 en Allemagne PASMEP et ses partenaires du Burkina se préparent à lever des fonds

 Durant 5 jours, PASMEP a accompagné son partenaire Misereor pour visiter quelques projets que ce dernier a financé au Burkina. Objectif : bien s’imprégner des impacts des projets pour mieux en parler au public allemand lors de la campagne de carême 2017.

PASMEP et ses alliés DIOBASS et OCADES Caritas Burkina ont reçu du 07 au 12 février 2016 une délégation de 17 allemands, conduite par Misereor au Burkina Faso. Elle était composée de la direction générale de Misereor, des responsables du Diocèse de Trèves, de journalistes, d’agriculteurs et de parlementaires. Cette délégation est venue visiter les projets financés par Misereor au Burkina et échanger avec les autorités politiques, religieuses et coutumières. La visite a commencé à Hamdalaye, où les femmes pasteurs ont reçu les invités. Les échanges ont porté sur l’élevage dans ce quartier et dans la zone pastorale de Yagma, où elles ont délocalisé une partie de leur bétail. Il ressort de ces échanges que la plupart des femmes qui s’adonnaient à l’élevage sont devenues veuves. Elles ont passé le relais, certaines à leurs enfants, d’autres à des bergers. Le lait produit par ses troupeaux est revendu à Mme Gariko, qui le transforme dans sa laiterie. Cette dernière, a expliqué que l’activité est rentable. Mais elle doit faire face à la concurrence du lait en poudre importé et transformé en produits laitiers.

La délégation a poursuivi son périple à Yako pour visiter un périmètre maraicher financé par Misereor et mis en œuvre avec l’appui technique de Diobass. Elle s’est entretenue dans les champs avec les paysans.

Chez le Mogho Naba, il a été surtout question du rôle de ce dernier dans les évènements qui ont émaillé l’histoire et la vie démocratique du pays ces dernières années. Sa majesté est reconnue comme une personnalité qui rassemble, qui prône la paix. Ce dernier a expliqué qu’il ne joue pas seul ce rôle. Il le fait de concert avec le grand Imam, le cardinal Philippe Ouédraogo, les représentants de l’église des Assemblées de Dieu et d’autres personnalités de la société civile. La délégation lui a réitéré son soutien et son engagement à persévérer dans cette voie.

A l’Assemblée Nationale, les échanges ont porté sur le développement économique et social du pays. Les députés ont répondu qu’ils sont préoccupés par les dernières attaques, le chômage des jeunes qui fait le lit du djihadisme. Pour eux, les investissements doivent porter prioritairement sur la maîtrise de l’eau, qui est un facteur de production très déterminant dans le sahel. Ensuite, les industries de transformation devraient être accompagnées pour valoriser la production locale. L’exemple, le plus patent est la tomate qui connait une hausse de production ces dernières années. Cette culture vivrière est bradée sur le marché, faute d’acheteurs. Elle ne fait que le bonheur des importateurs qui viennent acheter bord-champs. Ils ont évoqué les questions de routes, d’écoles, de dispensaires. Concernant le financement des ONG, les parlementaires ont répondu que tout étant prioritaire, l’Etat ne peut, au stade actuel, accorder de financement aux ONG.

Concernant les Accords de Partenariat Economique (APE), les échanges ont porté sur les retombées négatives de ces accords qui risquent de plomber les économies des pays africains s’ils étaient ratifiés en l’état par le Burkina et les Etats de la CEDEAO. PASMEP et DIOBASS ont pris rendez-vous avec la Commission du Développement Economique, de l’Environnement et des Changements Climatiques (CODECC) pour initier et animer le dialogue entre la Société Civile burkinabè et les élus du Peuple sur la question des APE.

A Manga, la délégation a échangé avec les évêques de la conférence épiscopale Burkina–Niger. Ces échanges ont porté sur les questions de justice et de paix ainsi que sur les priorités de développement dans les différents diocèses.

 

Au-delà, de ces visites, la délégation a échangé avec ses partenaires PASMEP, DIOBASS et OCADES Caritas Burkina sur les questions liées aux changements climatiques, à l’agro-écologie, à l’alphabétisation, à l’éducation environnementale, à la citoyenneté, à la culture, à la paix, au rôle des ONG dans le développement, aux rapports entre les ONG et les politiques, et au dialogue interreligieux.

Cette visite s’inscrit dans le cadre des préparatifs de la campagne de carême 2017 qui sera lancée dans le diocèse de Trèves. Cette année, la campagne qui a pour thème « le monde est plein d’idées, laisse-les pousser», sera focalisée sur l’action de Misereor au Burkina Faso. PASMEP sera représentée à cette campagne de collecte de fonds avec une délégation de 4 personnes. Ces derniers se joindront à l’équipe de Misereor pour parler des actions déjà financés et en cours au Burkina. Les fonds qui seront collectés au cours de cette campagne serviront à financer des projets au Burkina et ailleurs dans le monde. Chaque année Misereor investit 3 millions d’euros au Burkina à travers l’ensemble de ses partenaires. Misereor est le principal bailleur de PASMEP.

 

 

Boukari OUANGRAOUA

Chargé de communication/PASMEP