Filière lait local

Du lait à portée de main dans la commune de Béré pour promouvoir les droits socioéconomiques des femmes de pasteurs.

Fidèle à son option de promouvoir les droits socioéconomiques des femmes de pasteurs à travers la valorisation des produits locaux, notamment le lait local, la Plate-forme d’Action pour la Sécurisation des Ménages Pastoraux (PASMEP) a respecté ses engagements le 30 mai dernier en offrant du matériel pour le lancement des activités de la laiterie de Mongalamdam. Objectif : valoriser le lait local et améliorer les conditions de vie des populations, notamment des femmes de pasteurs.

Mongalamdam village situé à 18 km de Béré, dans la province du Zoundwéogo et à 100 km de Ouagadougou, il est 10 heures, femmes, jeunes, vieillards sont assis sur des bancs, des tabourets de fortunes.  Tous attendent impatiemment de voir le contenu des colis déposés devant la laiterie. Sont aussi présents M. Diessongo Aminou, le directeur des ressources animales de la province du Zoundwéogo et M. Tiemtoré K. Henri, premier adjoint au maire de la commune de Béré. Pour planter le décor, Mme Valéa Fatimata, chargé de suivi et développement organisationnel à PASMEP, explique que c’est le couronnement d’un processus entamé par la population pour ouvrir une mini-laiterie. Les bâtiments ont été construits par un projet du Ministère des Ressources Animales et Halieutiques il y’a 7 ans. Mais faute d’équipement, la min-laiterie n’a jamais pu fonctionner. Bientôt, ce sera chose faite. Pour en arriver là, les 6 groupements de pasteurs et d’agropasteurs proches de la laiterie ont approché PASMEP pour demander son appui technique et financier. Ils ont également approchés les services des ressources animales et halieutiques de la province et de la région qui ont apporté leurs conseils et accompagnement. C’est à l’issue de ce marathon qui a duré plusieurs années que PASMEP s’est chargé de fournir l’équipement tandis que les pasteurs, notamment les femmes du Groupement Derouab, ont pris en charge la rénovation du bâtiment. PASMEP se chargera également de former les femmes à la gestion d’une telle entreprise innovante en milieu pastoral.

La mini laiterie, outil de développement socioéconomique des femmes et des ménages pastoraux !

La promotion des mini-laiteries est une option retenue par PASMEP pour assurer les droits socioéconomiques de femmes en milieu pastoral et agropastoral à travers la création de valeurs ajoutées dans l’élevage pastoral. Cette option implique le renforcement de la production et de la transformation du lait. Cependant, la production laitière elle-même suppose une bonne alimentation et une bonne santé des vaches. Ce qui est un objectif poursuivi par le projet de renforcement des capacités des organisations de pasteurs de la région du Centre-Sud, conduit par PASMEP. Des vaches bien nourries mettent régulièrement bas ; ce qui augmente le nombre et la qualité du cheptel. En définitive, les femmes bénéficiaires augmentent leurs revenus et améliorent leur condition de vie et celle de leurs ménages. C’est d’ailleurs ce qui a milité à effectuer en janvier 2017 un voyage d’échange à Tambolo, dans la commune de Pô, pour visiter la première laiterie mise en place avec l’appui de PASMEP et de visiter celle de Bittou pour s’imprégner des conditions de réussite et de pérennisation d’une mini-laiterie. Disposer d’une mini-laiterie fonctionnelle, suppose la disponibilité du lait local à toute période de l’année. Or le lait fait défaut en saison sèche à partir du mois de janvier. Raison pour laquelle M. Diessongo conseille aux pasteurs de prendre attache avec l’agent technique d’élevage de leur zone pour bénéficier d’appuis conseils en matière de fauche et conservation du fourrage naturel et de cultures fourragères. Il a ajoute qu’un programme d’amélioration génétique des races locales existe et c’est le moment de saisir cette occasion pour l’insémination artificielle de vaches.

 

Soutien des autorités locales

Quant à M. Tiemtoré, il s’est réjoui de l’ouverture prochaine de la laiterie dans sa commune. Il espère trouver du lait à tout moment sur les marchés de la commune. Il a tenu à marquer le soutien total du Conseil municipal à ce projet. Les différents représentants des bénéficiaires se sont engagés à assurer une bonne utilisation du matériel. Après lecture du bordereau de livraison, le matériel a été officiellement réceptionné par la présidente du groupement Deourab. Le matériel est composé d’équipements de collecte, de réception du lait, de pasteurisation, de transformation en yaourt, de conditionnement, de contrôle de qualité et d’hygiène, de réfrigération. La visite du bâtiment a mis fin à la cérémonie. Dans les jours à venir, les femmes recevront une formation sur la transformation et l’utilisation du matériel. Les premiers produits sont attendus en juillet 2017.

Mongaladam est un quartier de du village de Luili-nonbré. Il est situé à l’intérieur d’une zone pastorale (uniquement des éleveurs) qui forme le même bassin laitier que celui de Sondré-Est. Les femmes de pasteurs, jusque-là étaient obligées de vendre leur lait sous forme caillé au marché de Mazoara, parfois à bas prix surtout en saison des pluies à cause de l’abondance de lait et de l’inaccessibilité de la zone.

Boukari Ouangraoua

Chargé de communication/PASMEP