Journée Mondiale du Lait : Plaidoyer pour la promotion local

A l’occasion de la commémoration de la Journée Mondiale du Lait (JML) le 1er juin de chaque année, les acteurs de la filière lait du Burkina ont commémoré l’évènement en réaffirmant leur engagement à défendre le lait local. A cette occasion, une campagne de plaidoyer sous régionale sur le lait local été lancée au Burkina Faso.

Chaque année, le 1er juin, les acteurs de la filière lait du Burkina, regroupés autour de l’Interprofession Lait (IPROLAIT), se retrouvent pour échanger et faire du plaidoyer pour l’adoption de politiques favorables et durables pour le secteur. L’Association pour la promotion de l’Elevage au Sahel et en Savane (APESS), la Plate-forme d’Action pour la Sécurisation des Ménages Pastoraux (PASMEP) et le Service Néerlandais pour le Développement (SNV), dans le cadre de la mise en œuvre du programme Voix pour le changement (V4C), ont participé activement à la commémoration de cette journée.

En rappel le programme (V4C) est un programme de plaidoyer collaboratif basé sur les preuves, qui travaille pour l’adoption de lois et réglementations favorables au pastoralisme tout en prenant en compte les questions de décentralisation, des changements climatiques et du genre. C’est pourquoi il soutient toute initiative visant à améliorer les conditions de vie et de travail des pasteurs. Le lait étant un produit du pastoralisme par essence, il était du devoir de APESS, PASMEP et la SNV de s’associer à cette activité.

Au cours de cette journée de commémoration, les acteurs ont échangé sur la transformation du lait local, l’état des lieux de la filière, les défis et perspectives, les stratégies du Ministère des Ressources Animales et Halieutiques pour accompagner les unités de transformation de lait local. Elles ont porté aussi sur la maîtrise de la chaine de froid et les techniques de conservation des produits laitiers, la stratégie d’identification d’une marque nationale de lait. A l’issue de ces échanges, les acteurs ont recommandé entre autre d’améliorer la qualité des produits laitiers locaux par le renforcement des capacités des acteurs sur tout le long de la chaîne de valeur, de développer une stratégie pour protéger le lait local à court, moyen et long terme.

Lancement de la campagne publique « Mon lait est local »

A cette occasion, a été lancée la campagne publique de défense et de promotion du lait local au Burkina Faso avec pour slogan, « mon lait est local ». Cette campagne se déroulera sur deux 2 ans et a été lancée concomitamment dans 6 pays de l’Afrique de l’Ouest (Mali, Sénégal, Niger, Tchad, Mauritanie, Burkina). Elle vise l’amélioration de l’accès à l’alimentation bétail, l’augmentation du pourcentage du lait local issu des exploitations dans l’industrie laitière en lien avec les défis de collecte, la mise en place d’une politique commerciale et fiscale favorable au lait local afin d’assurer des prix de lait favorable au développement des filières locales.

Les acteurs notent le rôle clé du lait local dans la sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest. 48 millions de familles de pasteurs et d’agro-pasteurs tirent une part importante de leurs revenus de l’élevage dans la sous-région. Le potentiel est énorme mais sous-exploité. Au Burkina Faso par exemple, sur une production de 200 millions de litres de lait local par an, seulement 6 millions est transformé, déplore Nour Al Hayat Ouédraogo, président de l’Interprofession Lait au Burkina Faso (IPROLAIT). La campagne est portée par des organisations paysannes, des consommateurs, des industriels locaux, des mini-laiteries.

Pour marquer sa solidarité et son engagement à cette campagne, Sommanogo Koutou, ministre de ressources naturelles, a fait le signe de ralliement à la campagne. Il a ensuite exhorté les burkinabè à soutenir le lait local en le consommant davantage.